MAISON D’ARTISTES
& FABRIQUE DE
THÉÂTRE

Calender
Maison d’artistes
& Fabrique de théâtre

Una Foresta

Olmo Missaglia
Une actrice, habillée avec une combi bleue, porte un tête de licorne sur la tête. Une actrice, habillée avec une combi bleue, porte un tête de licorne sur la tête. Tickets
31.01 — 02.02.2024
Una Foresta
Olmo Missaglia
  • Théâtre
En voir d'avantage

Avec "Una foresta", créée à la Biennale de Venise 2022, Olmo Missaglia et son équipe tissent un récit entre autofiction et pop culture, absurde et poésie, pour se réapproprier la capacité de rêver, en habitant un monde au présent et au futur précaires.

Une nuit d’été, trois jeunes adultes, parlant des langues différentes, se rencontrent au bord d’une forêt couleur vert asphalte. La trentaine, iels sont en prise avec une société façonnée par une idéologie colonisatrice qui les pousse à survivre en rongeant jusqu’à la moelle leurs rêves de futur. Marre de grandir sans espoir, guidé·es par une narratrice, sorte d’esprit de la forêt, iels décident de se perdre à travers leurs souvenirs et leurs projections d’un futur brouillé pour tenter de rester à flot.

« Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand·e ? » Cette question tant de fois entendue a fini par leur faire croire, enfants, que tout ce qu’iels voulaient faire était réalisable.

lire plus

Mais devenu·es grand·es dans une société loin d’être le bois enchanté des contes, iels gardent l’envie d’en réinventer les chemins. Una foresta nous entraine au cœur des aspirations et désillusions de quatre jeunes adultes né·es dans les années 90 et vivant sur le fil de l’incohérence entre un passé qui ne veut pas mourir et un futur qui peine à naitre.

Sevré·es avec du Coca-Cola, du plastique et des films américains qui ont anesthésié leurs rêves, comment peuvent-iels sortir de cette paralysie de l’imaginaire ? L’écriture fragmentaire enquête sur le sens du vide dans leur quotidien et plonge peu à peu, avec une ironie cruelle, dans leur forêt intime pour explorer d’autres sentiers, chercher l’aube ou une percée de lumière, ouvrir des brèches d’enchantement.

Deux acteurs qui portent des têtes de chevaux se tiennent par les mains.
Les quatre acteurs et actrices sont derrière un mur de couleur transparent et regardent vers nous. Il y a un banc bleu.

ITALIE/BELGIQUE

En français, italien et japonais, surtitré en français et néerlandais.

À partir de 14 ans.

Interprétation et co-écriture Michele de Luca, Mizuki Kondo, Romain Pigneul, Eva Zingaro Meyer/Léa Chanteau
Un projet d’Olmo Missaglia
Dramaturgie et collaboration artistique Médéa Anselin
Scénographie Justine Bougerol
Lumières Sibylle Cabello
Régie générale Yorrick Detroy
Peinture de la toile Veronica De Giovanelli (impression d’un détail de The remains of an archipelago, 2017)

Une production de La Biennale di Venezia | Accompagnement du projet Stefano Ricci et Gianni Forte | Avec le soutien de MoDul/bolognaprocess asbl, Théâtre Les Tanneurs, Le BAMP, Centre Culturel Wolubilis, COCOF aide à la promotion à l’étranger.

Visuel : Courtesy La Biennale di Venezia © Andrea Avezzù

Revue de presse

En résulte "Une forêt" dont les ombrages irrévérencieux se nimbent de poésie et d’un humour oscillant entre le pince-sans-rire et le grand guignol.

Marie Baudet, La Libre Belgique
27 juin 2022

Un portrait générationnel surréaliste et désolant, qui laisse néanmoins des ouvertures pour l’espoir.

Alberto Ojeda, El Español

Un spectacle inquiet dans l’hyperactive apathie qui caractérise l’aujourd’hui.

Maria Dolores Pesce, Rumorscena
01 juillet 2022