Programme
Tickets
Silent Disco

Silent Disco

Gurshad Shaheman
18 - 21.05.2022

Fiche pédagogique

Mercredi 19h15, jeudi au samedi 20h30
Ce spectacle s'adresse à tou·tes dès 16 ans (5ème secondaire).

Du côté du fond

LIENS ROMPUS

Ce projet met en scène neuf jeunes garçons et filles, âgé·e·s de 20 à 27 ans. Les spectateur·rices découvrent le point commun qui rassemble toutes ces personnes : ils/elles sont tous et toutes en rupture avec leur famille, forcé·es de fuir le domicile familial et contraint·e·s de se débrouiller seul·es avant d’avoir atteint totalement l’âge adulte.

Pour ses spectacles, Gurshad Shaheman part toujours d’expériences vécues (par lui ou par d’autres) et de la réalité comme lecture subjective du monde. Il s’est d’ailleurs pris lui-même comme sujet d’étude dans son premier spectacle Pourama Pourama. Le projet Silent Disco puise ses racines dans des rencontres passées. Lorsque Gurshad était en quatrième secondaire, une élève qui vivait dans un foyer d’accueil avait rejoint sa classe au milieu de l’année scolaire. Ses parents avaient voulu la marier de force avec un inconnu de 20 ans son ainé. Elle aurait dû abandonner ses études, quitter la France pour suivre son mari en Turquie où l’attendait une vie de mère au foyer recluse. Lors d’un dernier tête-à-tête dans la maison paternelle avec ce fiancé imposé, elle lui avait planté une fourchette dans la cuisse et s’était enfuie. Son père et ses frères l’avaient rattrapée et rouée de coups. À l’hôpital, elle avait demandé de l’aide. L’assistante sociale l’avait alors placée dans un foyer d’accueil.

Gurshad a rencontré depuis lors d’autres personnes contraintes de rompre avec leur famille à un très jeune âge. L’un de ses amis lui a confié que le jour des résultats du bac, son père était venu lui remettre devant le lycée une valise avec ses affaires en lui disant de ne plus rentrer à la maison. Ses parents ne voulaient pas d’un fils homosexuel.

Silent Disco part à la rencontre de jeunes gens qui sont confronté·es à des situations similaires aujourd’hui et qui font face à l’abandon et la solitude.

Est-ce que cette problématique vous est familière ? Si vous n’êtes pas concerné·e directement, connaissez-vous, dans votre entourage, des personnes qui ont dû quitter leur maison, par choix ou par obligation ? Comment réagiriez-vous si vous étiez contraint·e de rompre le lien avec vos parents pour pouvoir vivre librement et affirmer ce que vous êtes ?

L’AFFIRMATION DE SOI

Silent Disco se penche sur la sortie de l’adolescence. Ce moment charnière de la vie, où notre intériorité est à la fois en crise et en sur-affirmation, constitue un point nodal dans la construction du « Moi ». Ce tournant important de la vie est aussi, bien souvent, le moment de la découverte de l’amour, où plutôt le moment de sa transmutation. On sort de l’amour filial pour se tourner vers d’autres amours : plus charnels et plus passionnés.

À l’adolescence, lorsque toutes les émotions sont ressenties intensément, la rupture avec les parents provoque des réactions fortes et accélère le processus de l’affirmation de soi. Il y a une urgence à se débrouiller et donc à devenir adulte plus vite. La pièce suit les différentes étapes des questionnements intérieurs de chacun·e : le désarroi qui succède à la rupture, le sentiment de culpabilité inéluctable, puis le cheminement vers une réconciliation avec soi et avec le monde qui se conclut enfin par l’affirmation d’une identité propre, d’un JE autonome qui s’est construit envers et contre tout.

Comment se construit-on entre l’amour et le désamour que l’on reçoit ? Comment se reconstruire après avoir vécu des épisodes très difficiles, après avoir été rejeté·e par les siens ?

LA PLACE DE LA MUSIQUE

La musique joue un rôle primordial dans le spectacle (cf. ci-dessous «Du côté de la forme»). Elle fait écho à l’importance toute particulière que peuvent avoir les goûts musicaux au moment de l’adolescence. La musique est un refuge : quand la réalité devient difficile, on met ses écouteurs pour s’évader du quotidien. Les écouteurs véhiculent un double mouvement contradictoire : à la fois, ils enferment parce qu’ils isolent l’individu de son environnement immédiat, et en même temps, ils le libèrent parce qu’à l’écoute de la musique l’esprit s’échappe, se réfugie dans l’imaginaire.

Partager avec les autres la musique avec laquelle on aime s’évader, c’est au final partager une partie de notre univers. C’est le moyen le plus simple et le plus immédiat d’accéder à une part des autres sans pour autant être intrusif ou inquisiteur.

Par ailleurs, la musique est facile à mettre en commun. Les musiques d’une époque reflètent le portrait d’une génération. Les airs du temps rassemblent les individus et les divisent à la fois. Les chansons nous permettent ainsi de raconter tout à la fois l’individu et le collectif.

Est-ce que la musique joue un rôle particulier dans votre vie ? Permet-elle de vous évader, de partager des émotions avec d’autres personnes ? Pensez-vous qu’elle peut représenter une génération ?

Du côté de la forme

LE SILENT DISCO / LA MUSIQUE

Le Silent Disco est un concept interactif de soirée qui consiste à équiper les danseur·se·s de casques audio sans fil relié à la table du DJ par un réseau wi-fi. Un·e spectateur·rice extérieur·e regardant la piste de danse aura l’impression que les participant·es dansent en silence. Le Silent Disco est apparu pour la première fois aux Pays- Bas, en 2002. Le phénomène s’est depuis développé et a conquis tous les continents.

Contrairement à ce que le titre du spectacle pourrait suggérer, il n’est pas du tout question de reconstituer ni même de citer l’ambiance d’une boite de nuit. Le spectacle de Gurshad Shaheman prend ce concept de soirée dansante comme point de départ : chaque jeune est équipé·e d’un casque, écoute et danse sur les musiques qu’il/ elle apprécie tout particulièrement – chacun·e a été invité·e à ramener une sélection de chansons. Parfois, l’un·e d’entre eux/elles retire son casque, sort de sa bulle et vient raconter aux spectateur·rice·s des bribes de sa propre vie.

En plus des chansons choisies par les participant·e·s, il y a une bande son originale qui accompagne l’ensemble des prises de paroles. Chaque intervention est soutenue par une nappe de musique électroacoustique, composée par le musicien Lucien Gaudion. Cette musique élabore des « climats sonores mentaux » propres aux ressentis des protagonistes de l’histoire.

Les récits individuels se succèdent, s’entremêlent et résonnent ensemble pour peindre au final par petites touches un portrait allégorique de la fin de l’adolescence. Au fur à mesure que les identités se dévoilent, les musiques diffusées dans les casques audio deviennent audibles pour tou·te·s, par bribes. La musique de chacun·e contamine ainsi petit àpetit les autres : les individus isolés finissent par faire corps ensemble et constituer une communauté.

PROJET CITOYEN

Silent Disco rassemble sur scène neuf non-professionnel·les âgé·es de 20 à 27 ans. Il s’agit d’emmener ce groupe de jeunes gens, qui n’ont pas forcément une pratique théâtrale, à se mettre en jeu dans des récits qu’ils/elles auront écrits à partir des épisodes choisis de leur propre vie. Chacun·e est amené·e à se mettre en scène dans son récit comme s’il/elle était un personnage. Devenir en fait le/la héros/héroïne de son propre roman.

Pour trouver ces personnes, nous nous sommes adressé·es à des associations du secteur de la jeunesse mais aussi à un public plus large dès septembre 2019 (les représentations devaient initialement avoir lieu en avril 2020). La volonté de Gurshad Shaheman est de proposer à ces jeunes de se rassembler autour d’un projet artistique, qui devient un moyen de les aider peut-être à surmonter cette épreuve difficile. Il souhaite les accompagner dans une possible remise en perspective de leur vécu et de réfléchir avec eux à transformer ce vécu en littérature et en théâtre. Bien entendu, il faut déployer toute la délicatesse nécessaire pour que l’expérience artistique soit un chemin vers l’épanouissement et non une intrusion de plus dans leur intimité. Chaque participant·e est libre de raconter, ou non, ce qu’il/elle veut.

THÉÂTRE DOCUMENTAIRE

Gurshad Shaheman a une expérience du théâtre documentaire. Il sait accompagner les témoins dans la restitution de leurs expériences de vie. Dans son précédent projet, Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète, il a réécrit les témoignages de réfugié·e·s LGBT pour les confier à des acteur·rice·s professionnel·le·s. Cette fois, il pousse la démarche plus loin en accompagnant les témoins dans l’élaboration de leurs propres textes et en les amenant à les livrer eux/elles-mêmes sur un plateau de théâtre.

L’artiste s’applique, dans la pratique de son art, à décloisonner le théâtre car il pense qu’il concerne tout le monde. Travailler avec des amateur·rice·s implique un double mouvement d’enrichissement. D’un côté, la transformation de bribes de vie en oeuvre d’art permet à la personne de se régénérer en quelque sorte et de se réconcilier avec ce que l’expérience a pu laisser d’amertume et de douleur. Et d’un autre côté, prendre le vécu de personnes réelles comme base d’écriture et de création est un moyen d’enrichir la masse de textes existants de récits inédits.

Echanges & ateliers

Anne Prea, assistante à la mise en scène pour ce spectacle, propose une rencontre de 50 minutes et un atelier d’écriture de 2x50 minutes pour expérimenter les mêmes procédés d’écriture que ceux proposés aux jeunes lors de la création du spectacle.

Ces rencontres et ateliers peuvent avoir lieu en amont ou en prolongement de la représentation, du lundi 9 au vendredi 27 mai.