Programme
Tickets
Ondine (démontée)

Ondine (démontée)

Armel Roussel / [e]utopia3
12 - 16.04.2016

D'après Jean Giraudoux et après Isabelle Adjani

Fiche pédagogique

Inspirée d’un conte allemand, Ondine est une pièce de théâtre de Jean Giraudoux créée à Paris en 1939. Depuis qu’Armel Roussel a découvert en vidéo il y a une quinzaine d’années la version de 1974 avec Isabelle Adjani, cette pièce le taraude. Ondine, nymphe des eaux, éprouve un amour passionné pour Hans, un chevalier qu’elle désire suivre au pays des hommes. Confiante dans la puissance de leurs sentiments, elle accepte le pacte du Roi des Ondins : elle partira vivre cet amour humain, mais si Hans la trompe, il mourra et elle reviendra parmi les ondins sans aucun souvenir de son existence terrestre. A partir de cette oeuvre extrêmement romantique, Armel Roussel nous propose une féerie en trois actes qui parle de notre époque, où l’amour impossible, la montée de l’extrême droite en Europe et l’apologie de la pureté se mêlent entre folie classique et performance, gravité et humour libérateur.

Du côté du fond

Depuis 1996, Armel Roussel propose des spectacles très éloignés du naturalisme. Dans cette lignée, ce spectacle est cruel et naïf, halluciné et grave, la forme classique y est explosée.
 
Aux trois actes de la pièce écrite par Giraudoux correspondent trois univers où la féérie est déclinée selon des genres différents, dans une progression qui présente l’avènement et ensuite la destruction des idéaux réactionnaires.
 
Douze acteurs interprètent dix-huit rôles : certains acteurs masculins jouent plusieurs rôles, y compris des rôles féminins. Les rôles peuvent s’échanger et une place est faite à la nudité, aux scènes audacieuses qui traduisent la volonté du metteur en scène de travailler sur l’ « art dégénéré ».
 
Armel Roussel se laisse la liberté de réécrire des passages de la pièce de Giraudoux qui lui paraissent un peu datés afin de moderniser certains propos.
 
La distance qui empêche de se prendre au sérieux, le rire, le théâtre comme moment festif à partager, font partie des ingrédients indissociables du travail d’Armel Roussel. Ainsi, par exemple, au début de l’acte II, les comédiens invitent les spectateurs qui le souhaitent à danser sur scène afin de participer à la fête donnée en l’honneur de l’arrivée d’Ondine à la cour. Clément Thirion a créé une chorégraphie qui, tel un flasmob, peut s’apprendre via un lien YouTube accessible sur le site www.lestanneurs.be.

Du côté de la forme

L’amour dévastateur

Dans Ondine, l’amour ne mène pas au bonheur. Il est passionné et incertain, il réveille la peur d’être abandonné, la jalousie, la rivalité. Au moment de sa rencontre avec Hans, Ondine croit que deux êtres qui s’aiment restent constamment ensemble mais elle découvre ensuite que la proximité tue l’amour. C’est en voulant se rapprocher de celui qu’elle aime qu’elle le perd à tout jamais. Elle séduit le chevalier et craint ensuite d’être délaissée, se sent insécurisée par la présence de Bertha qu’Hans voulait épouser avant de la connaître. Sa passion pour Hans amène la nymphe des eaux à quitter le monde des ondins pour aller dans le monde des humains où elle perd sa perfection. C’est un amour destructeur qui est présenté ici, qui conduit à la perte de soi-même et, pour Hans, à la mort. L’amour passionnel est-il toujours destructeur ? Le bonheur est-il possible en amour ? A quelles conditions ?

La quête de perfection

La condition humaine telle que présentée par Giraudoux consiste à rechercher une perfection qui n’existe pas. Ondine est un être parfait précisément parce qu’elle n’est pas humaine. En cherchant à se rapprocher de Hans et de la condition humaine, elle va perdre sa perfection et se démanteler peu à peu. Hans est à la recherche de la perfection qu’il croit trouver d’abord avec Bertha puis avec Ondine. Lorsqu’il décide de l’épouser, il ne met pas en avant ses qualités intérieures mais ses capacités magiques et sa perfection physique. Les ondins qui s’opposent à l’union d’Ondine et de Hans n’ont aucune confiance en les humains, ils savent d’avance que le chevalier ne restera pas fidèle à celle qu’il aime. La pièce nous présente les humains guidés par un désir de perfection impossible à atteindre parce que tout, dans leur nature même, s’y oppose : la volonté de domination, la trahison, l’infidélité et le mensonge. La recherche de la perfection est-elle une caractéristique de la condition humaine ? Est-il possible d’atteindre la perfection ? Comment la définir ?

Le mensonge

Arrivée dans le monde des hommes, Ondine découvre qu’elle ne peut être transparente et exprimer sans retenue ce qu’elle pense. Elle ne comprend pas cette obligation de se contrôler, de ne pas dire la vérité pour ménager les autres. Elle prend conscience que le mensonge fait partie intégrante des rapports humains et qu’il ne suffit pas de savoir mentir : il faut parvenir à mixer la vérité et le mensonge. Pour plaire et se faire apprécier, la politesse et l’hypocrisie sont nécessaires alors que l’honnêteté et la franchise sont à proscrire. Les relations entre les humains sont ainsi décrites comme dominées par la fausseté car les hommes ont peur de la transparence. L’hypocrisie est-elle inévitable dans les rapports humains ? A-t-elle une utilité et si oui, laquelle ? La franchise empêche-t-elle forcément de plaire ?

La montée de l’extrême droite

Bien qu’ayant pour thème majeur l’amour, Ondine a été écrite dans un contexte très particulier, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, dans un climat politique européen extrêmement tendu. Le constat de la montée de l’extrême droite en Europe est une préoccupation de notre époque et fait partie des fils tendus par Armel Roussel dans son spectacle. Cette inquiétude actuelle y est traitée à travers la question suivante : quel serait le spectacle parfait, l’esthétique artistique idéale pour l’extrême droite ? L’art sous l’extrême droite et à l’inverse, la notion d’ « art dégénéré », sont au cœur de la réflexion du metteur en scène qui voit dans toute forme artistique l’expression d’une conception du monde bien spécifique. L’art est-il le reflet de la société ? Si oui, de quelle façon ? Que peut-on dire sur notre société actuelle à travers des créations artistiques de notre époque ?

Echanges & ateliers

En introduction
Entre le 4 et le 8 avril 2016 Patricia Balletti peut se rendre dans vos classes pendant 50 minutes.
Entre le 12 et le 15 avril Patricia Balletti ou des comédiens du spectacle peuvent se rendre dans vos classes pour 50 minutes.
 
En prolongement
Une rencontre avec Armel Roussel est possible sur demande (date et heure à convenir).