La voix humaine

Jean Cocteau / Salvatore Calcagno

Contact

Juliette Mogenet
+32 2 213 70 52 -

Vous trouverez ici le communiqué de presse, dossier de presse et les photos du spectacle La voix humaine

Jean Cocteau

Jean Cocteau est né en 1889 et décédé en 1963. Écrivain et réalisateur français qui a marqué son époque, il était passionné par la littérature, le théâtre et le cinéma, mais il a souvent répété qu’il était avant tout un poète. Il a été un artiste extrêmement prolixe, toutes disciplines confondues (théâtre, cinéma, littérature, poésie). Quelques-unes de ses œuvres les plus remarquables sont La Belle et la bête, Les parents terribles et Orphée (cinéma), Le Potomak et Les Enfants terribles (romans), Antigone, La Voix humaine et La Machine infernale (théâtre).                                                                            Quand il a écrit La voix humaine en 1927, la réception du spectacle ne fut pas unanime. Certains détracteurs n’en comprenaient pas la forme et en avaient critiqué l’objet. Il a alors écrit une préface pour expliquer son geste artistique.        En voici un extrait : « Il importait d’aller au plus simple : un acte, une chambre, un personnage, l’amour, et l’accessoire banal des pièces modernes, le téléphone. [...] Il fallait peindre une femme assise, pas une certaine femme, une femme intelligente ou bête, mais une femme anonyme, et fuir le brio, le dialogue du tac au tac, les mots d’amoureuse aussi insupportables que les mots d’enfants, bref tout ce théâtre d’après le théâtre qui s’est vénéneusement, pâteusement et sournoisement substitué au théâtre tout court, au théâtre vrai, aux algèbres vivantes de Sophocle, de Racine et Molière. [...] » 

Salvatore Calcagno

Salvatore Calcagno est un metteur en scène belge. Lors de ses études à L’INSAS, il rencontre le metteur en scène Armel Roussel, qui le guide sur le chemin d’une introspection débridée. Salvatore commence à travailler sur ses obsessions. Il donne le ton avec son projet de troisième d’année, Gnocchi, un inceste culinaire qui préfigure son premier spectacle La Vecchia Vacca (2013) où le garçon, au coeur de la cuisine et des femmes, cherche à exister. Le garçon se retrouve au coeur du village et de sa bande de copains dans sa deuxième création, Le Garçon de la piscine (2014). Construites comme un diptyque, les deux premières créations se révèlent comme deux premiers mouvements d’un concerto. Salvatore Calcagno s’attache à la recherche de la dissociation du mouvement et de la parole sur le plateau, à travers l’expérience d’une écriture très personnelle où la distribution est quasi déterminée pour cette écriture. Salvatore demeure très proche de ses acteurs, ne montre pas, n’impose pas mais définit un état de travail où la précision touche à l’extrême. Il insuffle une énergie, énergie qu’il veut donner à percevoir, ressentir dans ses spectacles. Son travail se caractérise par une grande sensualité, sensorialité. Dans cet élan de recherche, il propose Io sono Rocco, un chapitre musical et chorégraphique de son journal intime, pour répondre à l’invitation du Kunstenfestivaldesarts 2016. Salvatore Calcagno met en scène La Voix Humaine de Jean Cocteau au Théâtre de Liège pour la saison 2017-18. Cette même saison, il deviendra artiste associé au Théâtre les Tanneurs où il proposera GEN Z_searching for beauty : un documentaire scénique sur la jeunesse actuelle 

 

Sophia Leboutte

Sortie de l’INSAS en 1987, Sophia Leboutte débute au théâtre du Rideau de Bruxelles sous la direction de Bernard De Coster.  Par la suite, Michel Dezoteux l’invite à participer à plusieurs de ses créations dont Les Présidentes de W. Schwab, prix d’interprétation en 1996. Elle joue entre autres pour Philippe Sireuil, Isabelle Pousseur, Jacques Delcuvellerie, Yves Beaunesne, Thierry Salmon, Jean-Claude Berutti, Françoise Bloch, José Pliya, Lorent Wanson et retrouve également Ingrid Von Wantoch Rekovski sur plusieurs de ses projets. Au cinéma, elle tourne avec Bénédicte Liénard, Dominique Cabrera, les frères Dardenne, Fara Sene, Xavier Giannoli.                                                                                                                            Son interprétation est remarquée dans les festivals du court-métrage de Clermont-Ferrand et à Rome en 2011 dans Thermes de Banu Akseki ainsi qu’à Cabourg en 2012 dans A new old story de Antoine Cuypers.                                                    Actualités : December man sous la direction de Georges Lini pour le théâtre royal de Namur ; La voix humaine mise en scène Salvatore Calcagno pour le Théâtre de Liège ; Vihta court-métrage de François Bierry ; La trêve, saison 2 réalisation Matthieu Donck. 

 

Amélie Géhin

Initialement comédienne, Amélie suit une formation en interprétation dramatique au conservatoire de Montpellier.
Elle s’installe par la suite à Bruxelles pour intégrer une formation en mise en scène à l’Insas et se spécialise dans la création lumière au théâtre.

Depuis sa sortie en juin 2012, elle collabore en tant que créatrice lumière au côté de Salvatore Calcagno (La Vecchia Vacca, Le Garçon de la piscine, Tragédie Musicale, Io sono Rocco, La Voix Humaine (en cours)), Isabelle Pousseur (Avant/Après, Les Invisibles), Armel Roussel (Angels in America, Yukonstyle, Rearview, Ondine (démontée)), Après la peur, Passez Commande, Eddy Merckx a marché sur la lune, L’éveil du printemps (en cours)), Coline Struyf (Homme sans but, Lettre à D., Ce qui arrive (en cours)), Sophia Geoffroy (Quartett, 1965 ou la révolte d’un citron), Arthur Oudar (Bonjour, On est un Tsunami, Boris et les Sœurs Sushis, Grou (en cours)), Lucile Charnier (Boléro, L’appel du Mutant), Baptiste Sornin (La Salade (en cours)), Angèle Baux Godard et Clément Goethals (L’empreinte du Vertige, Traces d’étoiles). 

Sébastien Monfè

Sébastien Monfè est né en 1982. Jusqu’en 2010 il a travaillé dans l’Horeca, et comme dramaturge depuis lors. 

  • La voix humaine©Antoine Neufmars
  • La voix humaine 2©Antoine Neufmars
  • La voix humaine 3©Antoine Neufmars
  • La voix humaine 4©Antoine Neufmars
  • La voix humaine 5©Antoine Neufmars
  • La voix humaine 6©Antoine Neufmars